Le parcourt de réussite de Jennifer Finnigan

 

Jennifer Finnigan mérite tout à fait d’avoir reçu le Daytime Emmy Award. Depuis l’année dernière, année où on lui a décerné le Daytime Emmy award de la  Révélation féminine dans la catégorie Jeune Actrice, Jennifer Finnigan n’a cessé d’impressionner les fans et les critiques par sa façon nuancée de jouer certaines situations dramatiques, ainsi que par son talent lors de scènes complexes lui demandant d’atteindre des performances spectaculaires, défi qu’elle relève avec brio au fil des épisodes de Top Models. Pendant cette période ( période précédant le moment où elle a obtenu la récompense - c’est-à-dire il y a deux ans dans les épisodes diffusés aux Etats-Unis - ), son personnage, Bridget Forrester, a subi d’incroyables trahisons ( à la fois cruelles et terribles pour une jeune fille de son âge ) venant aussi bien de sa mère, Brooke, que de son mari, Deacon. Bridget découvrit également que Massimo était le père biologique de Ridge - un secret qui a eu d’énormes répercutions sur les relations de Ridge et Bridget ( qui avait toujours considéré Ridge comme son demi-frère – mais, désormais, cette découverte faisait que Ridge et Bridget n’avaient plus aucun lien de parenté … Les deux personnages débuteront-ils alors une liaison ? Mystère … ) et sur les sentiments de cette dernière pour Ridge, et qui menaça de faire s’écrouler le monde de son père, Eric Forrester ( qui, du coup, apprenait, non seulement, que Ridge n’était pas son fils, mais également que sa femme, Stéphanie, avait eu une liaison et lui avait menti pendant toutes ces années !! ). Mais comment est-ce que Jennifer est sûre que les réactions et les expressions du visage qu’elle donne à son personnage au cours de ces scènes dramatiques ( la découverte que son frère n’est pas son frère, celle que son mari couche avec sa mère, etc … ) sont les bonnes et donnent à la fois l’impression d’être spontanées à l’écran ? Comment peut-elle savoir si sa façon d’interpréter Bridget est crédible ? C’est, bien sûr, le secret de tous les grands acteurs. Voici trois petites questions posées à l’intéréssée pour avoir une meilleure idée de ce qu’elle utilise pour s’inspirer, ainsi que de la manière dont elle affine son art :

SC_Monique : N’avez-vous jamais observé les réactions, voire les façons d’être, de personnes réelles, pour ensuite vous les approprier et les utiliser dans votre jeu ? En d’autres termes, empruntez-vous des manières de personnes de votre entourage ( ou d’étrangers, de personnes de l’extérieur … ) pour affiner votre façon de jouer la comédie ? 

Jennifer Finnigan : Oui. J’adore rester assise à regarder et à observer les gens. Assez étrangement, j’ai également grandi en me passionnant pour tout ce qui était télé-réalité ; et en effet, aujourd’hui encore, cela m’aide beaucoup dans mon travail, car dans ce genre de programmes, on regarde une personne naturelle et spontanée – une vraie personne – et on attend de voir ses réactions – de vraies réactions. C’est très intéressant car c’est grâce à ce genre de chose que j’ai pu évoluer, après avoir piqué des expressions ou des gestes à tel ou tel participant.

SC_Monique : Bridget a dû traverser pas mal d’épreuves récemment, et pas des moindres ! Notamment lorsqu’elle découvrit l’identité du père de Ridge ( Massimo Marone ) ou encore lorsqu’elle eut connaissance du fait que Ridge était au courant de la liaison qu’entretenaient Brooke et Deacon. Ces scènes demandent à l’acteur concerné d’exprimer des réactions extrêmes. D’après moi, vos réactions ( en tant que Bridget Forrester ) dans le feuilleton me semblent quelque peu différentes l’une de l’autre.

Jennifer Finnigan : Hum … Merci. Et encore heureux ! Vous savez, à chaque fois que notre personnage est confronté à une nouvelle épreuve, c’est un vrai défi pour nous, acteurs ( et ce, à chaque fois ! ), de trouver le bon ton, les bonnes expressions, de tout simplement réagir comme on l’aurait fait si la situation nous était vraiment arrivée. Car il est vrai que le plus souvent, on est obligé d’imaginer la situation et d’improviser : il est évident que ce n’est le plus souvent pas le genre de choses que l’on copie de notre propre vie ( pour la simple et bonne raison que notre vie personnelle n’est pas – loin de là ! Et heureusement ! – aussi mouvementée que celle de notre personnage … ). En effet, ce n’est pas comme si on devait vivre la situation au sens propre, mais l’on doit tout de même s’introspecter, rentrer en nous-mêmes, et réfléchir à ce que l’on aurait fait dans un genre de situation similaire. Je peux dire, qu’en ce qui me concerne, je m’efforce réellement de faire des choix originaux parmi les différentes expressions du visage que compte ma palette d’expressions personnelle, parce qu’il n’y a rien de pire qu’un acteur qui est dans un feuilleton depuis des années et qui réagit toujours de la même façon face à toutes les douleurs, quelles qu’elles soient, un acteur qui utilise la même expression à chaque fois, qui joue en suivant continuellement le même modèle … En d’autres termes, un acteur qui s’est enfermé dans une routine et qui, du coup, joue mal. Je pense que ce genre de comédiens ne pensent qu’à se vendre au jour le jour, et à attirer un public seulement à court terme. C’est pourquoi, je préfère vraiment, quant à moi, rechercher l’original et faire que ce soit différent à chaque fois, tout en cherchant naturellement à atteindre le meilleur réalisme possible.

SC_Monique : Comment faîtes-vous pour vous souvenir de la dernière réaction de votre personnage dans la dernière scène dramatique où il est apparu ? Avez-vous une façon personnelle pour garder cela en mémoire ou est-ce que vous vous en rappelez naturellement ?

Jennifer Finnigan : Non ! Quand je dis que je m’efforce à faire des expressions du visage différentes à chaque fois, cela ne veut pas dire qu’à chaque prise, je réfléchis, je me concentre et je pense : “ D’accord, donc, j’ai fait fait ça la dernière fois … Maintenant, je ne dois plus le faire ! ”. Non, pas du tout ; en fait, je ne fonctionne pas du tout de cette façon-là. Je ne suis pas du tout en train de constamment faire la différence entre les différentes réactions que je peux avoir en étant Bridget Forrester ; du moins, pas consciemment … Ce que je veux dire, c’est que je joue le rôle comme je le sens, en essayant de donner aux spectateurs le sentiment que Bridget évolue et non pas l’inverse. Mais de toute façon, les subtilités changeront toujours, et ce, en fonction de la situation. Par conséquent, et même si tout cela se joue à un degré de comparaison des plus minimes (  que c’est donc peut-être imperceptible à première vue ) et que personne ne semble, en apparence, faire la différence ( entre toutes les expressions du visage dont j’use lorsque j’interprète Bridget ), je reste quant à moi réellement convaincue que, malgré tout, la différence se voit à l’écran. 

 

 

Un très grand merci à Sylvain pour avoir traduit cette interview provenant du site soapcity.com

 

 

Mesurez votre audience